•  

    Ma plays O'Connor-Appalachia Waltz!

    En écoutant cette douce valse traditionnelle, je vous partage aujourd'hui ma petite prédication. J'ai animé le culte de dimanche dernier au Puy. Et voici:

     

    Regard sur le champ !

     

    Textes : Ruth chap.1 verset 22 et chap.2 verse

    Matthieu : chap. 13 verset 44

       I Corinthiens : chap.3 verset 9

     

    *

    Le thème du champ est largement illustré dans La Bible que ce soit dans la vie personnelle des actants ou leur histoire ou bien dans les paraboles de Jésus ou encore dans les Epîtres.

    On ne se risquerait certes pas à un commentaire exhaustif à ce propos tant la dimension spirituelle du champ est profonde et traversent les siècles.

    Mais en voici un simple regard que je vous partage aujourd’hui.

     

    Considérons ces trois points : - Topographie

                                                             - Dualité/Ambivalence

                                                                                   - Notre attitude et notre engagement

     

    Il y a donc beaucoup de champs semblables aux paysages soumis aux modulations de la lumière, du climat et des empreintes humaines.

     

    Il y a les champs de la mémoire !

    Par exemple :

     

    -La nécropole de « Champ Madame », c’est un des plus importants champs d’investigation archéologique près de Clermont-Ferrand(particulièrement en ce qui concerne les immatures), précieux pour comprendre l’évolution de la vie et aussi notre devenir, notre impact sur notre Histoire. Retrouver une présence éternelle dans cette Histoire, retrouver une sensibilité à cet autre qui nous a précédé et qui nous transmet un patrimoine, une conscience.

     

    -Champs de guerre, anciens et actuels. Je vous évoque une rencontre faite avec ce genre de champ :

    C’était lors d’une fête des violoneux en Artense et l’après-midi, l’on nous avait proposé une balade sur les terres de remembrement qui ressemblaient fort aux champs de bataille de la guerre de 14. C’était pour nous parler de ces soldats musiciens et leurs drôles de violons qu’ils avaient fabriqués pour jouer leurs mélodies. Et c’était très émouvant d’entendre leurs mots et leur musique tout au long des chemins. C’était comme une exhumation très douce et très belle de leur prégnance sur ces champs de bataille.

     

    Les champs portent notre mémoire en témoignant de l’engagement de Dieu et des hommes dans la création tout entière.

     

    Il y a les champs de l’abandon !

     

    -Les champs en jachère, ou stériles qui font appel à notre conscience, à notre compassion. Ils expriment une modification et ainsi nous interrogent. Ils nous invitent dans leur pauvreté à changer notre attitude consommatrice, possessive comme pour nous dire peut-être que ce qui subsiste pauvrement est digne de respect et révèle une beauté à découvrir et à contempler (au-delà des jardins de Versailles).

     

    Il y a les champs surexploités !

     

    Ces terres contemporaines que le désir effréné de richesse et la volonté de pouvoir des hommes ont rendu exsangues. Ils nous montrent aujourd’hui à quel point, parfois de manière irréversible, nous nous sommes éloignés des rythmes biologiques. Examinons leur chair de plus près et considérons les désastres, et les méfaits d’une agriculture et d’un urbanisme aberrants.

    Allons voir les terres à vignes, à maïs… les terres de La Beauce par exemple !

    Allons voir les constructions anarchiques des bords de mer qui défigurent les paysages et même l’âme des personnes !

     

      Il y a des champs !

     

    Des champs qui ne sont pas compatibles entre eux, qui s’altèrent, voire se défigurent l’un l’autre dans leur proximité, difficiles à gérer ! Il est important de protéger l’espace de chaque champ et que chacun ait son lieu de vie. C’est loin d’être le cas pour bien des personnes et de tous les êtres vivant aujourd’hui sur la terre. Méditons cette Parole étonnante du Christ dans l’Evangile de Jean chap.14 versets 1à 3.

     

            Il y a des champs !

     

    Des champs qui ne peuvent pas accueillir plusieurs cultures sous peine de s’épuiser et même de succomber tout à fait.

    Il faut donc user de sagesse, s’armer de patience, accepter la jachère et aussi respecter leur état sauvageon pour que la vie s’y épanouisse et demeure.

     

         Il y a des champs !

     

    Des champs viergesl’Esprit de Dieu peut jouer comme au premier temps de la Création ! Peut-être, cet été, nous laisserons-nous conduire dans son sillage pour apprendre son regard sur le champ.

     

    Il réside donc une dualité ou ambivalence dans la perception et le traitement du champ.

    A la fois source de vie et de mort selon l’usage que nous en faisons. Espace à la fois de partage et de rivalité, de don et de prédation qui déshumanise notre univers.

    Le champ nous ramène à nos origines et nous rappelle notre finitude (réflexion enfantine de Manon qui nommait le caveau familial un champ).

    Nous voyons le champ évoluer au cours des saisons, des siècles.

    Le champ nous replace de même dans cette évolution constante.

    Nous sommes des êtres évolutifs en voie de développement.

    Le champ nous révèle clairement qu’il peut y avoir, au cours de cette évolution, des arrêts sur image, des stagnations, des retours de mémoire, des descentes aux enfers mais aussi le champ offre à notre regard de superbes embellies souvent inattendues, des éclats de lumière où la Résurrection et la Transfiguration du Christ opèrent humblement sur nos terrains meubles et fragiles. Réhabitons donc nos champs ! Contemplons le rayonnement divin qui les éclaire.

    Rendons grâce pour tant de tendresse et de labeur accompli et restons paisibles dans l’espérance.

     

    Oui, Nous sommes chacun d’entre nous, le champ par excellence où Dieu peut agir et inverser les processus de mort pour asseoir son Royaume de justice, de paix et de joie. Paul écrit : « Vous êtes le champ de Dieu » I Corinthiens chap3 verset 9. Une autre traduction « Martin Bible » donne ce sens : « Vous êtes le labourage de Dieu ».

     

    Comment nous situons-nous par rapport aux champs quels qu’ils soient et quel est notre engagement à leur égard ?

     

    Pour autant que cela soit un chemin peineux de réhabilitation de nos champs, n’allons pas baisser les bras ou nous désoler sur nous-mêmes mais avec miséricorde et patience, prenons la part toujours belle de la vie montante ! Ainsi que nous le conseille Jacques au chap. 5 versets 7 et 8.

     

    « Frères et sœurs chrétiens, soyez patients, Le Seigneur vient ! Regardez le cultivateur. Il attend avec patience les belles récoltes de la terre, depuis les premières jusqu’aux dernières.

    Vous aussi soyez patients ! Courage, Le seigneur vient bientôt ! »

     

    Le champ, l’espérance ! Le champ, la vie qui s’incarne !

    Merci Notre Père pour le champ de la terre que tu nous as donné en patrimoine !

    Merci pour le champ que nous sommes chacun et pour tous ses trésors !

    ALLELUIA !

     

    Le champ!

    L'Angélus de Millet!

     

    Joli jour à vous!


    2 commentaires
  •  

    Vitamin String Quartet, "Green Day- Holiday"!

     

    Voici le dernier volet de notre belle escapade en Cévennes du sud! Et toujours notre Quartet qui m'a si bien servi pour vous exprimer toute ma joie éprouvée durant ce petit voyage! Merci Vitamin string Quartet!

    Nous sommes montés jusqu'au mont Aigoual, 1567m d'altitude! Pour nous, c'est beaucoup!

    L'Aigoual!

    Le Mont Aigoual!

    Nous y sommes montés en revenant de notre périple.

     Mais voici Valleraugue que j'avais oublié de vous montrer avec son temple.

    L'Aigoual!

    Valleraugue dans Le Gard

    Avant l'Aigoual, nous avons traversé notre cher Larzac!

    L'Aigoual!

    Le Larzac!

    Cette terre magnifique restée encore sauvage!

    Quel bonheur de la parcourir sans rencontrer âme qui vive! La route est à soi! Soupir!

    L'Aigoual!

    Une terre à mouflons!

    Et oui, il y a des mouflons qui demeurent sur ce versant particulier juste en-deçà de L'Aigoual! Je croyais qu'il y en avait seulement dans les Alpes et les Pyrénées.

    On peut les observer depuis le poste aménagé par l'ONF le soir à la fraîche ou bien tôt le matin car ils craignent beaucoup les insectes piquants et la chaleur! Ils ne sortent donc qu'aux heures douces! J'ai appris qu'ils mangent les jeunes pousses de genêt car ainsi, ils sont protégés du venin des serpents! Les bergers ont appris cela de ces superbes animaux et font paître de même leurs troupeaux de moutons parmi les genêts lors des grandes transhumances!

    Il y a une très grande fête de la Transhumance à l'Aigoual en mai qui rassemble plus de 20000 mille personnes chaque année!

    L'Aigoual!

    La station Météo de l'Aigoual!

    Et voilà la station météo avec tous les relais et les observatoires, les instruments de mesure nombreux pour enregistrer le temps qu'il fera et les fluctuations climatiques.

    L'ensemble ne défigure pas trop le paysage mais on pourrait davantage peut-être embellir le tout!

    L'Aigoual!

    Et nous voici tous deux là-haut!

    Où nous avons aussi observé longuement le temps et l'espace et ce fut une merveille!

     

    Cela m'a fait plaisir de vous partager notre jolie partance! J'espère qu'elle vous aura plu et vous aura donné l'envie de visiter la Belle Cévenne!

     

    Doux mercredi!


    4 commentaires
  •  

    Vitamin String Quartet, "The only Exception"!

     

    Le petit Christ de Sainte Enimie!

    Mon petit Christ à Sainte Enimie!

    Je l'avais découvert il y a plusieurs années maintenant! Il se trouvait au bout du banc d'église, à portée de main, le regard humble, tourné vers la terre!

    Je m'étais assise près de lui, je lui avais parlé simplement comme on converse avec un ami de toujours!

    J'avais prié là avec lui et en repensant aujourd'hui à cette rencontre extraordinaire, d'exception,

    je ressens une très vive émotion dans mon coeur!

    Le petit Christ de Sainte Enimie!

    Son humble visage!

    Je me souviens qu'il était revêtu de sa cape, oui, mais qui couvrait davantage son corps! Le souvenir opère cette mystérieuse modification au fil du temps qui passe!

    Il était à portée de main et j'avais osé caresser son visage! Et je ressentais dans mon coeur une grande compassion et, de sa part, beaucoup d'amour et d'humilité, tout l'Amour!

     

    Je l'ai revu derrière la grille sans doute pour le protéger d'éventuels prédateurs!

    J'aurai voulu , à nouveau caresser son visage!

    Le petit Christ devant Pilate, c'est ainsi qu'on le nomme, à l'église de Sainte Enimie du Tarn!

     

    C'est pourquoi, je suis si attachée à ce beau lieu de France!

     

    Le petit Christ de Sainte Enimie!

    Magnifique Piétà, à la même église de Sainte Enimie!

     

    Je vous souhaite un joli jour!


    4 commentaires
  •  

    Vitamin String Quartet, "My Immortal"!

    Ces musiciens du String Quartet ont repris de nombreuses mélodies dans différents styles et époques.

    Voici une mélodie du groupe Evanescence, dans le registre du Metal Symphonique.

    Il raconte l'histoire d'un amour déçu et blessé!

    Mais qu'y-a-t-il de commun entre la petite Sainte Enimie et nos jeunes d'aujourd'hui avec leurs musiques et leur foi! Ont-ils quelque chose à se dire?

    Je crois que oui car ils participent d'une même soif d'absolu, d'amour. ils expriment une même exigence dans la vérité d'être et la justice!

    Ils ont à se rencontrer à nouveau ces jeunes d'entre les siècles, à se découvrir les uns les autres, à s'écouter dans cette même soif peut-être pour qu'un jour le lien reconstruit ouvre le chemin de la vie aux jeunes de demain.

    Et nous aussi, les demi-vieux avons-nous à nous tenir sur la brèche dans l'écoute...La prière... Le don!

     

    Princesse Enimie!

    La statuaire de l'église de Sainte Enimie du Tarn!

    Pour ceux et celles qui ne connaîtrait pas sa belle histoire, la voici!

     

    Sainte Enimie 

    C'est à la fin du VIème siècle que se situe la belle histoire de Sainte- Enimie, où entre une part de légende au cours du XIIIème siècle.
    Enimie était une princesse Mérovingienne d'une rare beauté et brillait par l'éclat de ses vertus. Elle avait de nombreux prétendants, mais ayant voué sa vie à Dieu, les repoussait tous.
    Son père, selon la coutume de l'époque, la pria d'unir sa destinée à un riche baron du royaume. Ne pouvant convaincre ses parents, elle sollicita comme une faveur la grâce de perdre sa beauté.
    Elle fût exaucée; une affreuse lèpre souilla le corps de la pieuse princesse.

       Le Roi consulta de grands médecins mais nul remède ne pouvait lutter contre ce mal divin. Après de longs mois de souffrances, elle implora le ciel de les lui adoucir. Un ange lui apparut en songe et lui ordonna d'aller se baigner en Gévaudan, dans la fontaine de Burle. Instruit de la miraculeuse vision de sa fille, le Roi lui fit préparer une escorte digne de son rang. Après de longues chevauchées et de nombreuses péripéties, la troupe arrive en bordure du Causse de Sauveterre et fût guidée par des bergers jusqu'à la source. Enimie se baigna et le mal mystérieux disparut.
       Toute joyeuse, le lendemain, la troupe prit le chemin du retour, mais à peine fût elle arrivée à la couronne du Causse que la maladie réapparut. Elle revint, se baigna et comme la 1ère fois fût guérie. Ils repartirent une seconde fois, mais à nouveau plus ils avançaient plus la maladie empirait. Enimie comprit que Dieu l'appelait en ce lieu, au coeur des Gorges sauvages et païennes. Une partie de la troupe resta avec elle, les autres retournèrent informer le Roi des volontés divines.

       Ainsi Enimie se fixa à Burlatis (tel était l'ancien nom où l'on retrouve l'évocation de la source). Elle décida d'évangéliser la région. La légende veut qu'Enimie entra en conflit avec le diable: aidée par l'Evêque Saint Ilère, elle le poursuivit jusqu'au fameux Pas-de-Soucis où il fût écrasé sous d'énormes blocs, qui à l'appel de l'Evêque, se détachèrent de la montagne. Avec l'aide de son père, elle fondera un couvent de religieux dont elle fût nommée Abbesse.

       De ce 1er couvent nous ne savons pratiquement rien. Par contre, en haut du village se dressent les vestiges d'un monastère qu'elle a également fondé et où elle installa des moines. Elle se retira ensuite dans une grotte où elle vécut en ermite, d'où le nom d'Ermitage donné à la chapelle qui du haut de la falaise domine le village. Sentant venir sa mort elle dicta ses volontés, recommandant à ses filles de placer son cercueil au-dessous de celui de sa filleule qui s'appelait aussi Enimie.
    Le Roi Dagobert à l'annonce de la mort de sa soeur vint chercher le corps. Comme Enimie l'avait prévu, il emmena celui de la filleule et le fît enterrer à l'Abbaye de Saint-Denis. C'est ainsi qu'une fille de Sainte-Enimie repose aux côtés des Rois de France et que les restes de la Sainte demeurent en ce lieu.

       Le Monastère qu'elle avait fondé et qui avait été doté de fiefs par son père tomba dans une entière désolation dans la 1ère moitié du Xème siècle. Puis peu à peu, il retrouva son rang, parmi les plus riches du Gévaudan et contribua au développement économique de la région. Il fût élevé en Abbaye au XVème siècle. Les Moines y demeurèrent jusqu'à la Révolution, ils furent chassés en 1793. Leurs biens furent vendus comme biens nationaux et l'Abbaye fut incendiée.
    C'est ainsi qu'ont disparu de précieux documents qui auraient permis de connaître de façon plus précise l'histoire de la cité médiévale.

    Document en ligne de l'Office de Tourisme des Gorges du Tarn et Causse De Sauveterre.

     

    (Je vous écrit sur un écran prêté car le nôtre a rendu l'âme! Demain, Pierre ira en acquérir un autre! Voilà pourquoi aussi, je vous poste ce petit billet aujourd'hui!)

     

    C'est dimanche!


    3 commentaires
  •  

    Vitamin String Quartet, "Fix You"!

    Ces mélodies très belles interprétées par le String Quartet m'enchantent et j'espère qu'elles vous apporteront de même beaucoup de plaisir!

     

    Je vous emmène aujourd'hui à Sainte Enimie du Tarn!

    C'est un très beau village de France que j'affectionne particulièrement. Je désirais y retourner et mon Pierre m'a fait cette surprise de m'y conduire sur le chemin d'escapade! Merci mon Pierre!

    Sainte Enimie Du Tarn!

    Sainte Enimie, le jour!

    Sainte Enimie Du Tarn!

    Sainte Enimie, la nuit!

    C'est un haut lieu pour le canoë-kayak et le Tarn offre ses jolies circonvolutions autant pour ce sport que pour la baignade.

    C'est aussi un superbe village médiéval!

    Sainte Enimie Du Tarn!

    L'église de la ville haute!

    Sainte Enimie Du Tarn!

    Une mémoire inscrite dans la pierre!

    Sainte Enimie Du Tarn!

    Une architecture moyenâgeuse avec les venelles superbement pavées!

    Sainte Enimie Du Tarn!

    Des noms évocateurs et une histoire!

    Sainte Enimie Du Tarn!

    Des noms qui font rêver!

    Sainte Enimie Du Tarn!

    Des noms qui rappellent des traditions!

    Sainte Enimie Du Tarn!

    Et puis La CARDABELLE!

    Comme je vous l'ai dit, c'est l'emblême du Causse-Cévenne. On l'accroche aux frontons des maisons comme porte-bonheur!

    Ne manquez pas de visiter Sainte Enimie du Tarn, un superbe écrin au coeur de la vallée!

    J'espère que la promenade vous aura plu!

     

    Joli week-end à vous!


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires