• Nicodème ou l'éveil de la grâce!

     

    Chopin, "Nocturne Opus 9, n° 2"!

    J'ai choisi ce célèbre nocturne de Chopin pour illustrer mon petit billet d'aujourd'hui.

    La peinture représentée sur la vidéo est de Van Gogh, "Nuit étoilée".

     

    Je vous parle de ce non moins célèbre Nicodème dont l'histoire est racontée dans l'Evangile de Jean!

    Nicodème ou l'éveil de la grâce!

    Nicodème dans le film de Zéffirelli!

    Voici donc notre feuille de route en famille pour le joli Carême 2015. J'ai eu la joie de donner cette prédication au culte que j'ai animé ce premier dimanche de Carême.

    C'est toujours un bonheur de partager sa pensée avec l'autre!

     

    Nicodème ou la grâce de l'éveil

    *

    Nicodème est un vieux monsieur quand il va rencontrer Notre Seigneur. Voilà qu’il s’interroge depuis quelques temps sur ce Jésus qui bouleverse la cité de Jérusalem et même tout le pays par son enseignement étonnant !

    Nicodème est un homme respecté et apprécié, aimé des siens sans doute. Il a bâti sa vie sur les préceptes de la Thora, les paroles des anciens et lui-même est devenu un maître en Israël.

    Nicodème a fait ces choix et il en a éprouvé dans sa vie les bienfaits : notoriété, équilibre, sécurité, engagement et reconnaissance dans la cité et dans son clan social. Il siège même au tribunal religieux de Jérusalem, le Sanhédrin. C’est un homme apparemment comblé et l’on dirait de lui aujourd’hui qu’il a réussi et que l’on aimerait bien être son ami!

    Malgré tout, notre Nicodème est inquiet, tourmenté dans sa conscience. Il est en questionnement.

    Oui, une question commence à poindre doucement dans le cœur de Nicodème : « Et si je m’étais trompé, si le chemin était ailleurs, autre que celui que j’ai choisi ? Et si je n’avais rien compris ?

    Il décide alors d’aller voir ce Jésus dérangeant mais de nuit ! Prudence et sagesse s’imposent dans le contexte social trouble et instable de la ville ! Et puis, éviter les ennuis, ne pas risquer de se compromettre, lui Maître Nicodème, un homme en place dans la cité !

    Pourtant, nous verrons un peu plus tard ce même Nicodème au côté de Joseph d’Arimathie se rendre chez Pilate pour réclamer le corps du Seigneur et le porter au tombeau, cette fois au risque du jour, en pleine lumière ! L’on peut saluer l’ampleur de son beau chemin montant, une ascèse pleine d’humanité !

     Maintenant, le voici auprès de Jésus qui l’attendait ! Jésus perçoit cette ouverture qui se dessine dans le cœur de Nicodème et sa parole va s’inscrire justement dans cette fragilité que Nicodème portait en lui sans vraiment la connaître, cet humus, pourrait-on dire sur lequel Jésus va répandre sa grâce. Les premières paroles du Christ, sans préambule ni aucun fard, le jettent dans le désarroi ! Nicodème se sent défait de son grand savoir, perd pied avec cette jolie phrase puérile : « Mais comment un homme vieux peut-il retourner dans le ventre de sa mère et naître une deuxième fois ? »

    Nicodème prend tout d’un coup la mesure de ses pauvretés, de ses fragilités. Jésus l’emmène hors des savoirs, des traditions, des fonctionnements, des conformismes et de toutes les façons d’être dont nous sommes nous aussi imprégnés depuis notre naissance. Jésus opère un déportement de toutes les valeurs en place et à la mode ! Et pour lui dire quoi ! Pour lui parler du vent, du souffle fugace, éphémère, insaisissable, indicible… !

    Alors Nicodème est de plus en plus déconcerté, abattu dans ses certitudes et ses sécurités, ses assurances tous risques comme on dirait aujourd’hui ! Mais pensez donc ! Comment se fier à un souffle qui va et vient l’on ne sait d’où ?

    Se laisser déposséder de ses convictions, de tout ce que l’on a bâti durant sa vie pour une question de souffle ! C’est impensable !

    Pourtant, Nicodème accepte de repenser toute sa foi et toute sa vie en se laissant interpeller par Le Christ,

    , en se laissant regarder au plus profond de son cœur et de sa conscience par le regard divin, en se laissant bercer par ce souffle léger, imperceptible comme une caresse venue de loin et que l’on attendait sans s’en en avoir conscience véritablement !

    Et dans les paroles revigorantes du Christ, dans ce souffle d’air et de vent, le vent de l’Esprit, Nicodème accueille une vie nouvelle, celle de l’instant, semblable à un baiser fragile, furtif, ondoyant, le baiser de Dieu qui lui est offert ! C’est la grâce de l’Eveil avec cette capacité à accueillir le mystère de la vie et des créatures, le souffle de l’Esprit, le souffle de la naissance. Et c’est tout simplement beau, admirable et d’une grande émotion !

    Ce grand cher vieux monsieur accepte de commencer à nouveau au-delà du temps qui passe, pour vivre le temps qui est !

    Les Pères du désert ont éprouvé cet appel et l’un d’entre eux, Abba Arsène, priait ainsi :

    « O Dieu, ne m’abandonne pas. Je n’ai rien fait de bien devant toi ; mais donne-moi selon ta bonté, de commencer maintenant. » On appelait ces Pères du Désert des pneumatophores, porteurs du Souffle !

    Je vous partage aussi cette scène d’un film de Bertrand Tavernier, « Un dimanche à la campagne » qui illustre très bien ce que nous venons de dire. J’aime bien retrouver ainsi un écho profane pour garder le lien avec nos frères et sœurs d’humanité qui ne sont pas forcément dans l’Eglise. Et voici : le vieux papa peintre.

    Ne manquez pas de revoir cette scène peut-être si vous en avez l’occasion. C’est très beau et très émouvant !

     Et nous aussi nous laisserons-nous porter au vent, au vent de l’Esprit, l’insaisissable, l’indicible afin de goûter avec lui l’instant au parfum d’éternité sans plus se bouleverser de nos pauvretés et fragilités d’être ! 

     

    Que les personnes qui ne croient pas ne se sentent pas exclues mais au contraire , vous êtes les bienvenues!

     

    Je vous souhaite un joli lundi sous le soleil!


  • Commentaires

    1
    straw
    Lundi 23 Février 2015 à 14:49

    très enrichissant

    2
    popopopo
    Lundi 23 Février 2015 à 15:11

    j'ignorais son histoire


    mais pourquoi dieu se manifeste-t-il


    chez qq uns?


    3
    Lundi 23 Février 2015 à 15:37

    Pour Straw: Merci!!!

    Pour Guy: Dieu se laisse trouver si nous le cherchons de tout notre coeur dans la prière personnelle en retrouvant la fréquentation de l'église comme des amoureux qui aiment être ensemble, et lui demander cette rencontre personnelle avec Lui! Ya pas de souci, il répond, toujours à l'écoute en non stop! Il a toujours son portable avec lui! Bise de jour Guy! Je prie pour toi!

    4
    mariepierre.fenoglio
    Mercredi 25 Février 2015 à 12:12

    Ton texte est plus que bien !!!

    Je ne sais plus si je t' ai souhaité un bon carême toi qui prépares toujours parfaitement les fêtes religieuses qui jalonnent nos chemins de vie.

    5
    Mercredi 25 Février 2015 à 12:22

    Merci de tes coms chère Marie-Pierre! Bonne fin de grossesse à Lauriane! Moi aussi, je t'embrasse fort! A+!  biggrinManon est là jusqu'à vendredi matin! C'est chouette! Elle aura peut-être trouvé un stage à Lezoux! Cela va enrichir son CV!

     

    6
    mariepierre.fenoglio
    Mercredi 25 Février 2015 à 13:23

    Je suis heureuse pour Manon, en attendant profitez bien de la joie d'être ensemble !

    Mille bisous! clown

    7
    Mouchette
    Jeudi 26 Février 2015 à 23:44

    Je découvre aussi tout cela grace à toi. Voilà qui me parle et me fait tant réfléchir... 

    Merci ma Laure.

    8
    Samedi 7 Mars 2015 à 10:53

    Bonjour et merci pour ce nocturne de Chopin que j'ai tant joué dans ma jeunesse

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :