• Réveil de mémoire!

     

    "San Salvador", chanteurs de Corrèze!

     

    Ils demeurent en Corrèze dans un petit village nommé Saint Salvadour. Et oui, ils ont choisi de garder leur origine mais en jouant avec le nom de leur village. Ils s'appellent donc "San Salvador"!

    Ils ont entre 25 et 30 ans! Ils interpellent, décoiffent, bousculent... mais ils déploient un savoir et une performance vocale impressionnante! D'ailleurs, tout leur corps est engagé, propulsé dans la pulsation sonore! C'est impressionnant!

    Ils sont restés attachés à leurs racines, leur patrimoine culturel et ils ont décidé de le réinterpréter à leur façon, très contemporaine.

    Ils chantent en occitan!

    Leurs chants viennent de la mémoire d'une terre. Il y a comme une incantation qui se dégage  de leurs voix. Ils jouent avec des séquences sonores réitérées, les paroles sont lapidaires, les mots essentiels de l'histoire sont aussi répétés. Chacun chante sa partition, improvise tout en gardant une unité rythmique impeccable. Il y a aussi ce continuo ou basse vocale continue que l'un ou deux d'entre eux va tenir tout au long du chant  et qui donne justement cet aspect incantatoire.

    Il y a des élans presque de rage, combattifs comme une lutte! les voix s'exacerbent quasiment au-delà de leur énergie!

    Il y a des passages sensibles de douceur et de tendresse mais la mélodie est toujours en amont comme cachée dans le coeur profond. On la sent présente au-delà de la mémoire comme une instance d'éternité.

    C'est un chant d'infinitude qui pourrait durer comme ça sans arrêt, comme une plainte, comme un cri, comme un appel, un gémissement... un écho du fond des âges!

     

    Nous les avons écoutés en concert ce dernier samedi à La Chaise-Dieu en bravant la pluie et le vent du soir et cela valait la peine!

    Pour finir de vous partager mes impressions, je me suis rappelée cet extrait de "Mes Carnets"

    "les méandres de la mémoire. Ce matin, avec le temps pluvieux et tellement morose de tous ces jours, je me suis souvenue que j'avais noté ce même état de déliquescence dans un de mes carnets. Cela datait de mai 1987.

    La pérennité du temps et de l'espace dans la mémoire est certaine.

    L'éternité et la connaissance de Dieu y sont aussi."

     

    Réveil de mémoire!

    Ciel de dessous ma fenêtre!

     

    Douce soirée à vous!


  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Novembre 2017 à 21:05

    Un joli ciel..... Bonne semaine. Biz. Aline

    2
    Lundi 13 Novembre 2017 à 23:04

    Je trouve formidable que les jeunes restent attachés à leurs racines, cela prouve si besoin était, que la mondialisation prônée par les gouvernants occidentaux est mauvaise!

    Il faut des racines aux arbres pour vivre, nous sommes comme eux!

    Bises et belle soirée

    3
    popopopo
    Mardi 14 Novembre 2017 à 09:33

    original mercy  l'ai écouté en boucle

    guy

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :