• Sans l'horizon!

     

    "Vivre" de Stéphane Delicq!

     

    Je vous partage aujourd'hui ce texte que j'ai écrit hier soir.

     

    L'ouvrier

    *

    Je le vois passer

    Chaque jour

    Dessous ma fenêtre.

    Il porte ses habits de chantier

    Pourtant fluorescents

    Comme une cape de deuil

    La tête baissée impeccablement

    Vers la terre

    Et son pas

    Ni pressé ni trop lent

    Mais lourd

    Son allure toute entière

    Maintenue

    Dans cette pesanteur.

    Il s’en va

    Au travail.

    Tout son être bridé

    Par cette servitude nourricière

    Car c’est pour gagner

    Le pain de sa famille

    Qu’il continue ainsi

    Ce chemin laminaire

    Le sens en arrêt

    Dans son esprit, son désir

    Son rêve le plus grand.

    Oh ! Il ne se plaint pas

    Il n’est pas malheureux !

    Mais un jour

    J’ai vu la tristesse passant

    Dans ses yeux sombres

    Et dans sa marche

    Toujours la même

    J’ai reconnu la lassitude.

    Je voudrais bien lui dire

    Toute ma compassion

    Sans aucun doute

    Il ne la comprendrait pas.

    C’est pourquoi j’ai écrit

    Aujourd’hui

    Ces mots pour lui

    Et les autres

    Qui d’un pas  ni pressé ni trop lent

    Mais lourd de pesanteur

    S’en vont impeccablement

    Au labeur.

     

    Sans l'horizon!

    Hier dessous ma fenêtre!

     

    Joli mercredi tout en gris par ici!


  • Commentaires

    1
    popopopo
    Mercredi 8 Février à 16:19

    L'OUVRIER marche à pas lents et sûrs

    pour le travail de l'humain

    2
    Jeudi 9 Février à 19:20

    jolis mots ma Laure, merci pour le partage !  je me suis réinscrite à ta newsletter en espérant recevoir de nouveau tes billets ! je croise les n'orteils donc ;) bizouilles du soir, bonsoir :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :