• Sur le chemin de La Passion!

    Voici ce texte que j'ai écrit pour faire mémoire de ce jour particulier!

     

    Sur le chemin de La Passion

    *

    Comme à l’ordinaire

    Véronique sort de sa maison

    Elle va porter le repas

    A sa vieille mère

    Et passer avec elle

    Un moment.

    Il semble qu’il va faire orage !

    Le ciel s’engrisaille tout à coup

    Et l’air s’alourdit

    Comme une chape de plomb

    Au-dessus de la tête.

    Pourtant ce n’est pas encore l’été !

    On ressent une menace

    Qui s’engouffre dans les ruelles

    De la vieille ville

    Portée par un vent de tempête.

    On perçoit une rumeur

    Au loin

    Qui s’approche.

    Véronique se demande ce qui se passe

    Aujourd’hui !

    D’habitude, le quartier est paisible

    A cette heure !

    Mais voilà qu’une foule excitée

    Surgit du coin de la rue !

    Véronique a juste le temps

    De se retirer vers l’entrée

    De la maison familiale.

    Elle est témoin là

    D’un horrible spectacle !

    Un homme jeune

    Couvert de sang

    De boue

    Et d’insultes

    Avance péniblement

    Flagellé par les soldats romains.

    Derrière lui, elle reconnaît

    Simon !

    Il est de son village, de Cyrène !

    Il porte une lourde croix !

    Véronique est épouvantée

    Bouleversée !

    Le voici maintenant

    Celui-là tout ensanglanté !

    Ses yeux brillent plus que le soleil !

    Il la voit, la regarde

    Et tout s’embrase de lumière !

    Alors, Véronique spontanément

    Répond à son appel de détresse.

    Elle verse vite un peu d’eau

    De sa petite cruche

    Sur le torchon de lin

    Qui recouvre son panier.

    Elle se précipite sur l’homme,

    Lui essuie le visage

    Et l’embrasse de ses larmes.

    Elle s’entend lui dire

    Des mots de tendresse

    Juste avant de ressentir

    Sur la nuque

    Un violent coup de poing

    Qui la jette par terre

    Assommée.

    Quand elle revient de son évanouissement

    Il n’y a plus personne.

    Simplement la douce chaleur  des bras

    De sa vieille mère

    Qui la bercent et la consolent.

    Plus tard, elle apprendra

    Que l’homme torturé

    C’était Jésus de Nazareth

    Le Fils de Dieu crucifié et ressuscité

    Pour elle

    Et pour tous ceux et celles

    Qui croiront en son Nom.

    Sainte Véronique de La Passion,

    C’est maintenant son nom

    Le nom que Dieu lui a donné.

     

    Pâques, "espérer contre toute espérance"!


  • Commentaires

    1
    Vendredi 2 Avril à 16:35

    Très beau ton  poème sur ce chemin de croix, que je viens de suivre en l'église Notre-Dame de Toutes-Joies.

    Bonnes Pâques

    Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :