• Une randonnée bucolique!

     

    Esaias Reusner, "Suite pour Luth"!

     

    Ce dernier week-end, nous sommes partis randonner dans le val d'Allier. Il faisait un magnifique temps d'automne avec cette lumière à la fois douce et intense que j'aime tant!

    Depuis Lavoûte-Chilhac en passant tout près de Chilhac, un petit village médiéval, nous avons marché de merveille en merveille!

    On appelle d'ailleurs ces sentiers de pays, les médiévaux.

     

    Une randonnée bucolique!

    Les bords d'Allier à Lavoûte-Chilhac!

    (Vous prenez soin de bien cliquer sur les photos)!

     

    Une randonnée bucolique!

    Des maisons surplombant l'Allier à Lavoûte-Chilhac!

     

    Une randonnée bucolique!

    Sur le chemin, le paysage!

     

    Une randonnée bucolique!

    On aperçoit le sentier!

     

    J'ai retrouvé dans mes "Carnets" un texte que j'avais écrit la première fois que nous avons fait ce chemin.

    Le voici,

    L'échappée de mai

    *

    C’était la sérénité qui régnait sur les berges de l’Allier et ses pâturages ainsi que sur le village et les remparts de Chilhac qui le surplombent. Avec Pierre, nous nous avons pris le chemin de ronde qui menait au bourg : impression de paix, de plénitude que les orgues basaltiques scellées dans la colline reflétaient sur la peau.

    Tout était sommeil comme si les habitants se fussent retirés pour une longue sieste. Au fur et à mesure de la montée se dessinaient à notre vue, des cottages petits et grands dont on avait habilement rafraîchi les traits que le temps avait fanés, cocons gorgés de soleil et de verdure, imbriqués étroitement les uns dans les autres, avec cette architecture si propre à la construction en terrasse : fours solaires où toutes les voluptés peuvent fleurir, où la poésie et toute autre forme de culture semblent s’y délecter.

    La glycine, à la fois opulente et gracile coule des murs en lourdes grappes sensuelles, des ruelles filiformes qui vous replongent dans un passé lointain, des sentiers herbeux dont les broussailles vibrent d’une vie secrète que l’on devine aux rampements furtifs que votre pas suscite, fuite argentée et vertigineuse des multiples lézards.

    Dans la vallée, au milieu d’un pré vert aveuglant, un seul pommier qui rayonne et déploie sa blancheur comme se répandent les voiles soyeux et les mousselines d’or d’une mariée ancienne sur les parvis de l’église.

    Tout est silence, même lorsqu’on arrive au centre du village.

    Des vieux assis sur un banc, à la porte de leur maison, conversaient mais leurs voix demeuraient inaudibles. On eût dit qu’ils mimaient un discours, toujours le même, datant de plusieurs siècles. Langage mystérieux, mots simples mais éternels qui se transmettent ainsi de génération en génération.

    Nous bûmes un café à la seule auberge. On y respirait un air humide et usé des murs et des meubles âgés. Le propriétaire avait commencé une réfection et ce mélange d’ancien et de neuf déconcertait, comme si l’on se trouvait au carrefour de deux époques. Des miettes s’étalaient sur notre table que l’on n’avait pas pris soin d’enlever.

    J’imaginai alors l’effervescence du matin où la petite salle grouillait des gens du pays, les paysans, les commères, les galapians, ceux de la ville. Prodigieux croisement de patois, de français, de piailleries enfantines, un creuset étonnant de harangue populaire et de discours d’intellectuels au vert : tout cela délayé divinement par les vapeurs anisées de l’absinthe et les odeurs acres et doucereuses des cigares et des pipes.

    Le café approvisionnait aussi en sucreries en tout genre, de l’antique réglisse noir aux bonbons vernis de couleurs fastueuses dignes de la plus pure chimie. Toutes ces merveilles s’étalaient à l’abri d’un brillant plexiglas tels des bijoux inaccessibles, à la fois pour décourager le voleur et aiguiser la tentation !

    De multiples affiches accrochées ça et là ou posées à même la table distribuaient toutes sortes d’informations aguichantes. Par exemple, l’entrée gratuite au bal pour les demoiselles en minis jupes ou randonnée pédestre et gastronomie…

    Enfin toute l’âme de Chilhac était distillée dans cette auberge !

    Les deux sons les plus signifiants que perçut mon oreille furent celui cristallin et paisible de la cloche de l’église et les aboiements enjoués des deux chiens du café qui nous accueillirent.

    Le patron les refoula aussitôt dans l’arrière-boutique et je voyais à intervalles réguliers derrière le rideau qu’ils tiraient de leur museau humide, leur œil vif où brillait la colère de ne pouvoir assouvir leur curiosité à notre égard !

    C’était Chilhac au premier de mai, terre bucolique que Virgile aurait sans doute aimée.

     

    C'était il y a 30 ans!!! Et bien le temps a passé mais Chilhac est resté le même et sans doute dans 100 ans demeurera-t-il ainsi intemporel!

     

    Une randonnée bucolique!

    Chilhac!

     

    Une randonnée bucolique!

    Un paysage panoramique superbe et constant!

     

    Une randonnée bucolique!

    Un paysage habité!

     

    Une randonnée bucolique!

    Les troupeaux!

     

    Une randonnée bucolique!

    Des hauts de Chilhac!

     

    J'essaie de vous poster quelques photos de plus dans la semaine. J'espère que la balade vous aura plu!

     

    Joli mercredi à vous!


  • Commentaires

    1
    straw
    Mercredi 27 Septembre à 15:37

    c'est ici le début des rouges, des ocres, des jaunes  mais c'est également le temps du râtelage des feuilles mortes...

    2
    Mercredi 27 Septembre à 19:01

    Bonsoir Laure,

    La balade m'a ravie et tes mots et la musique 'ont bercé ma promenade. Merci à ti

    Bises et belle soirée

    3
    popopopo
    Mercredi 27 Septembre à 19:29

    texte émouvant

    musical

    qui joue avec l'espace

    les ombres et les couleurs

    tu as du talent

    guy

     

    YVES DUTIEL - LE VILLAGE ENDORMI avec paroles - YouTube

    <cite class="_Rm">https://www.youtube.com/watch?v=3gzaPgFbYsc</cite>

     

     

    4
    Mardi 10 Octobre à 22:00

    hé bien dis donc ma Laure quelle jolie balade que voilà, superbes paysages !!! J'adore la toute toute première avec le coin d'eau, elle donne envie de s'y attarder.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :