• Carême!

     

    A Vivaldi, "Sileant Zephyri"!

     

    Voici venu le joli temps de Carême et comme chaque année, je suis contente de vous partager notre petite feuille de route familiale.

     

    Carême!

    L'arbre à fils!

    Il va habiller notre liturgie pendant tout le Carême. Il symbolise notre relationnel souvent compliqué, emmêlé à en perdre le fil!

    Un petit ange veille pour encourager notre prière et notre écoute, dans la confiance du renouvellement qui vient, du Printemps!

    Carême 2017!

    Nous cheminons cette année avec les mirophores, ces saintes femmes dont l’Evangile nous raconte l’histoire, lorsqu’elles se mettent en route, avant l’aube, vers le lieu du sépulcre où repose le corps de Jésus.

    Le thème de partage et de méditation porte, cette année, sur le relationnel dans notre vie d’aujourd’hui.

    Nous prenons appui pour notre réflexion sur les paroles de l’Epître aux Galates  au chapitre 5, les versets 22 à 25, dans le Nouveau Testament.

    En effet ces paroles se situent vraiment au cœur de la relation humaine.

    De quoi sont faites nos relations au quotidien, qu’est-ce qui les nourrit au fil du temps et les font évoluer ! Où nous emmènent-elles et comment se construisent-elles exactement ! Sur quelles données repose notre lien relationnel ! Quel est le point de départ de son enracinement ! Comment envisageons-nous son devenir ! Quelles en sont les attaches !

    Ce n’est pas toujours simple d’être en lien et de le garder sur le chemin du plus grand amour !

    Nous vivons au quotidien cette difficulté !

    La relation à l’autre, aux autres est comparable au filet de pêche emmêlé et parfois endommagé. Il faut beaucoup de patience pour ravauder et défaire les nœuds, remonter au point d’encrage et comprendre peu à peu leur itinéraire.

    Faire mémoire pour « avancer en eau profonde » comme Jésus le demande aux disciples à un moment donné de leur pêche.

    Dans cette exploration des mémoires, nous pouvons y découvrir aussi les embellies, les trésors de sagesse et d’amour qui attendent d’être manifestés au-delà des déchirures. Les nœuds mêmes ne seraient-ils pas des réserves d’énergie et d’amour pour libérer un lien, le guérir en somme.

    C'est-à-dire qu’il est important de déplacer son regard et revoir l’analyse souvent négative que l’on a établie.

    C’est ce que nous montre l’histoire des mirophores. On voit très bien dans l’icône (voir cette icône) le cercueil ouvert, vide avec les bandelettes dénouées. Une autre réalité est là avec un nouveau chemin, non celui du deuil, de la mort mais celui de la vie, d’une vie autre qui ne s’appuie plus sur nos exigences rationnelles mais sur le cœur cheminant vers le plus grand amour, justement sur les chemins noués et parfois endommagés de nos relations humaines.

    Voilà tous ces nœuds relationnels qui, transfigurés par l’amour et la visitation constante de l’Esprit Saint dans notre quotidien, peuvent servir à tisser des cordes d’assurance et des bouées de sauvetage et faire de la mer de notre existence un espace paisible et accueillant.

    (A lire ou relire ce très beau conte, « Des nœuds sur les fils » tiré du livre »Légendes juives » de chez Gründ.

     

    « Puisque l’Esprit Saint nous fait vivre, laissons-nous conduire par cet Esprit » Galates 5/25.

     

    Carême!

    Icône des Mirophores!

     

    Joyeux Carême !

     

    Carême!

    Dessous ma fenêtre, aujourd'hui!

     

    Joli mercredi!


  • Commentaires

    1
    popopopo
    Jeudi 2 Mars à 08:17

    le mystère du divin

    rejoint celui de la beauté

    de toute la Création

    guy

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :